> Les Lieux de Mémoire dans les Cotes-du-Nord
Monument des Cheminots du dépôt SNCF,
rue Jean Coquelin en Saint-Brieuc


Dédié aux cheminots tués par faits de guerre, fusillés ou morts en déportation.

Monument des Cheminots à la gare SNCF de Saint-Brieuc

rechercher un nom :


Tués par fait de guerre :

Louis BOIVIN, né le 3 mai 1898 à Ploufragan, élève-mécanicien, demeurant rue de Quintin à Saint-Brieuc.
Tué le 20 mai 1943 à Plouigneau dans le Finistère, victime d’un mitraillage par l'aviation alliée.

Raymond EGRON
, né le 26 décembre 1908 à Saint-Estèphe en Charente, chauffeur, demeurant rue Guébriant à Saint-Brieuc/
Tué le 21 mai 1944 à Belle-Isle-en-Terre victime d’un mitraillage par l'aviation alliée.

Pierre GOUINGUENET, marié, un enfant, demeurant à Saint-Brieuc, mécanicien du dépôt de Saint-Brieuc.
Le 2 décembre 1942 à 16 h, blessé grièvement aux jambes, en gare de Belle-Isle-Bégard, lors d'un mitraillage par un avion anglais de la locomotive qu'il conduisait.
Décédé le même jour à 22 h 30 à l'hôpital de Pabu.

Henri GUILLERM, né le 8 février 1900 à Rennes, chauffeur.
Blessé le 13 novembre 1943 lors du mitraillage d'un train par l'aviation alliée.
Décédé le 15 novembre 1943 à Saint-Brieuc.
Plaque des quatre Cheminots, la gare de Broons

Robert François Charles HUBERT, né le 13 aout 1905 à Dieppe (Seine-Inférieure, )mécanicien, demeurant 12 avenue du Tertre Notre Dame à Saint-Brieuc.
Décédé le 29 juillet 1943 à 11 h l'hopital rue de Kerampont à Lannion, à la suite du mitraillage du train qu'il conduisait à proximité de la gare de Plouaret.

François JAFFRELOT, né le 19 septembre 1912 à Trégueux, chauffeur, demeurant boulevard de la Tour d’Auvergne à Saint-Brieuc.
Ttué le 20 mars 1943 à Plouigneau dans le Finistère lors d’un mitraillage par l'aviation alliée.

Francis LEFFONDRE, manoeuvre, demeurant au Pont en Saint-Brieuc.
Tué dans la soirée du 3 août 1944 par les Allemands lors de son passage, au lieu dit Drény en Plémy.

Auguste LUCAS, ouvrier.

Michel Raymond Victor MARHIC, né le 17 août 1927 à Saint-Brieuc, apprenti au chemin de fer, demeurant 24 rue de Cuverville à Saint-Brieuc, FTPF du groupe de cheminots.
Assassiné par des miliciens rue Saint-François le 3 août 1944, lors de combats pour la libération de la ville, la veille de l'arrivée des Américains.
Plaque de Michel MARHIC, rue Saint-François en Saint-Brieuc

Martial MARTIN
, manoeuvre,

Henri PERROT, manoeuvre,

Pierre PERROT, mécanicien,

François QUEGUINER, né le 20 octobre 1895 à Saint-Brieuc, mécanicien, demeurant rue Anne de Bretagne à Saint-Brieuc.
Tué le 14 février 1943 à Pengly-en-Sévignac, son train ayant été mitraillé par des avions alliés.
Tué le 13 novembre 1943 lors du mitraillage d'un train par l'aviation alliée à Broons.
Plaque des quatre Cheminots, la gare de Broons

Louis RABIN, mécanicien.
Tué le 13 novembre 1943 lors du mitraillage d'un train par l'aviation alliée à Broons.
Plaque des quatre Cheminots, la gare de Broons

Jean LE CRAS, originaire de Trégrom, manoeuvre, blessé accidentellement en démontant son arme.
Décédé le 27 juin 1944 à l'hôpital de Lannion des suites de ses blessures.


Fusillés ou morts en déportation :


Marcel CORDON, né le 7 avril 1918 à Saint-Brieuc, attaché.
Arrêté à Rennes à l'hôtel du Faisan le 30 mai 1944 lors d'une rafle alors qu'il mangeait dans l'établissement. Interné au camp de Compiègne dans l'Oise, déporté au camp de concentration de Neuengamme près de Hambourg en Allemagne à partir du 31 juillet 1944, Kommando Blumenthal, matricule 39783.
Décédé le 26 avril 1945.

Eugène HAMON, né le 24 mars 1894 à Paris 15e, ouvrier, demeurant au Tertre de la Villette en Ploufragan.
Arrêté le 8 août 1943.
Fusillé à Rennes à la caserne du Colombier le 8 juin 1944.
Monument des trente-deux Fusillés de l'ancienne caserne du Colombier en Rennes


Marcel LERBRET, né le 22 août 1909 à Puteaux dans les Hauts-de-Seine, venant du dépôt de Sotteville-les-Rouen en Seine-Martime, demeurant à La Ville Ginglin en Saint-Brieuc, aide-ouvrier à la SNCF, militant communiste, capitaine FTPF au dépôt SNCF de Saint-Brieuc.
Avait été arrêté avec Maurice PELLAN (qui sera déporté à la suite d'une autre arrestation) le 9 novembre 1942 pour avoir prononcé des paroles désobligeantes à l'égard d'un ouvrier qui acceptait de s'embaucher pour aller travailler en Allemagne, ils furent relâchés quelques jours plus tard.
Arrêté à la suite d'une infiltration le 19 juillet 1943 à Nantes, il tente de s'évader mais il est grièvement blessé.
Fusillé par les Allemands à Angers le 27 octobre 1943.
Plaque de Marcel LERBRET, 4 place de la Cité en Saint-Brieuc

Henri LORANT, né le 27 octobre 1922 à Saint-Brieuc, demeurant 68 rue du Gouédic en Saint-Brieuc, célibataire, aide ajusteur auxiliaire, sous-lieutenant.
Arrêté vers 23 h 30 le 4 mai 1943 à Saint-Brieuc, interné à la maison d'arrêt de Saint-Brieuc.
Décédé le 17 février 1944 au camp de concentration de Dora en Allemagne.

Francis Charles SYLVESTRE, né le 10 avril 1919 au Thou dans la Charente-Inférieure, célibataire, mineur-ouvrier, demeurant au 38 rue du Légué à Saint-Brieuc.
Inculpé avec Désiré HERVE de Gommenec'h du meurtre de deux soldats allemand de l'organisation Todt, condamnés à mort par le tribunal militaire de la Feldkommandantur.
Fusillé avec son camarade le 18 juillet 1942 à 6 h 05 sur le ban de la commune de Saint-Lô dans la Manche.