> Les Lieux de Mémoire dans les Cotes-du-Nord
Monument de La Résistance et de la Guerre 1939-1945,
place du général De Gaulle en Loudéac


Dédié à la mémoire des victimes de la guerre 1939-1945 des communes de Loudéac (Trévé, La Motte, Saint-Caradec, Hémonstoir et Saint-Maudan) dont plusieurs résistants et Maquisards tués au cours des combats pour la Libération.

rechercher un nom :


echercher une commune :


Loudéac :

Georges Auguste Joseph COUPEAUX, né le 18 octobre 1899 à Saint-Benoit-des-Ondes en Ille-et-Vilaine, demeurant rue Pasteur à Loudéac, industriel, marié, deux enfants.
Assassiné par les Allemands le 4 juillet 1944 en bordure de la forêt de Loudéac, au lieu dit la Ferme de la Porcherie, découverte du corps le 11 juillet 1944 à 11 heures.
Stèle de Georges COUPEAUX et Joseph LATIMIER, La Porcherie à l'Orée de la Forêt en Loudéac
Monument de La Porcherie à l'Orée de la Forêt en Loudéac


André René Marie GLOUX, né le 6 novembre 1905, demeurant 7 rue Baudin à Saint-Mandé dans la Seine, résidant à Loudéac, agent d'assurance.
FFI blessé au combat par les Allemands le 5 août 1944.
Décédé le 8 août 1944 des suites de ses blessures.
Plaque d'André GLOUX, Foyer Municipal, 34 rue de Moncontour en Loudéac

Ernest LE VERGER, né le 14 juin 1895 à Uzel-Près-l'Oust, notaire, marié deux enfants.
Arrêté par les Allemands à Loudéac, le 15 décembre 1943, sur dénonciation. Lors de son arrestation, la maison d'Ernest LE VERGER est cernée, trois officiers procèdent à une perquisition domiciliaire, ils emportent une boîte contenant plusieurs pièces d'argent ainsi que deux machines à écrire portatives de marque Remington. De ce fait l'étude de Monsieur LE VERGER ne peut plus fonctionner.
Interné à Compiègne dans l'Oise, déporté au camp de concentration de Neuengamme près de Hambourg en Allemagne à partir du 31 juillet 1944, Kommando Kaltenkirchen, matricule 40470.
Décédé le 13 décembre 1944.
Plaque de Ernest LE VERGER, 26 rue de Cadelac en Loudéac

Maurice FARINES, de son vrai nom Max ROUAULT.
Assassiné par les Allemands le 4 juillet 1944 à l'orée de la forêt de Loudéac.
Stèle de Georges COUPEAUX et Joseph LATIMIER, La Porcherie à l'Orée de la Forêt en Loudéac
Plaque des élèves, ancien Lycée Curie, 4 rue Curie en Saint-Brieuc
Plaques de l'Ecole Normale des Instituteurs, 1 rue Théodule Ribot en Saint-Brieuc


Louis Eugène Marie FRABOULET, né le 9 novembre 1923 à Loudéac, célibataire, demeurant rue Férée à Loudéac, employé de commerce.
FFI tué au combat par les Allemands le 4 août 1944 à 4 heures du matin au lieu dit la Grenouille, route N768.
Les 3 sépultures du carré des Patriotes, cimetière rue Ernest en Loudéac

Maurice FOUCHET, fusillé en juillet 1944.
Plaque du Collège et Lycée Saint-Joseph, 42 rue de La Chèze en Loudéac

Jean Pierre Henri GENEVISSE, né le 17 juin 1919 à l'île de Groix dans le Morbihan, demeurant à Lorient, célibataire, mareyeur.
Blessé le 3 août 1944 à Merdrignac par les Allemands.
Décédé le 9 août 1944 à la clinique de Loudéac.
Monument du Presbytère, place du 3 août 1944 en Merdrignac
Mur du Souvenir, cimetière de Merdrignac


Alexandre JEGLOT, né le 3 janvier 1924 à Loudéac, célibataire, demeurant à Loudéac, ouvrier mécanicien.
FFI tué par les Allemands le 23 septembre 1944 à son poste de combat.
Les 3 sépultures du carré des Patriotes, cimetière rue Ernest en Loudéac

Alexandre Marie LE RAY, né le 3 octobre 1896 à Loudéac, célibataire, demeurant rue Lansard à Loudéac, manoeuvre. FFI.
Tué au combat par les Allemands le 4 août 1944, à 4 heures du matin, au lieu dit la Grenouille, route N768.
Les 3 sépultures du carré des Patriotes, cimetière rue Ernest en Loudéac
Stèle d'Alexandre LE RAY, Rond Point Le Chaffaud en Loudéac


J. OURY,

Joseph Yves Marie LATIMIER
, né le 27 mai 1902 à Loudéac, ouvrier agricole.
Tué par les Allemands le 4 juillet 1944, en bordure de la forêt de Loudéac au lieu dit la Ferme de la Porcherie, découverte du corps le 7 juillet 1944 vers 11 heures.
Stèle de Georges COUPEAUX et Joseph LATIMIER, La Porcherie à l'Orée de la Forêt en Loudéac

Marcel LE HELLAYE, né le 8 juin 1924 à Loudéac, célibataire, employé de commerce chez ses parents.
Arrêté le 1er mars 1944 par la gendarmerie de Guingamp.
Déporté au camp de concentration de Dachau où il est décédé.

Alphonse MARCHAND, né le 29 janvier 1923 à Loudéac, ouvrier agricole.
Arrêté en juillet 1943 près de la frontière espagnole.
Déporté au camp de concentration de Dora, décédé en 1944.

Marcel NOGUES
, né le 5 avril 1925 à Loudéac, demeurant 6 rue Pasteur à Loudéac, étudiant à l'Ecole Normale, résistant.
Arrêté le 10 décembre 1943 au lycée de Saint-Brieuc. Interné à Compiègne dans l'Oise, déporté au camp de concentration de Neuengamme près de Hambourg en Allemagne à partir du 24 mai 1944, kommando de Fallersleben, matricule 31346.
Décédé à Loudéac à son retour de déportation.
Salle Marcel NOGUES, Ecole Normale des Instituteurs, 1 rue Théodule Ribot en Saint-Brieuc
Plaques de l'Ecole Normale des Instituteurs, 1 rue Théodule Ribot en Saint-Brieuc
Monument du Collège Anatole Le Braz, 46, rue du 71ème Régiment d'Infanterie en Saint-Brieuc
Colonie de vacances "L'Aventure de Marcel NOGUES", rue Pierre Loti en Binic


Raymond PEDRONO, né le 3 décembre 1924 à Loudéac, célibataire, ouvrier jardinier.
Arrêté le 1er mars 1944 par la gendarmerie de Guingamp.
Déporté au camp de concentration de Buchenwald, décédé en 1945.

Anselme Jean Baptiste QUERO, né le 5 novembre 1923 à Loudéac, demeurant rue de Moncontour en Loudéac, célibataire, électricien.
Arrêté le 3 janvier 1944 parce qu'il circulait de nuit sans éclairage et aurait heurté un officier allemand.
Son frère Francis, né le 5 janvier 1921 à Loudéac fut arrêté le 5 janvier 1944 pour le même motif.
Décédé en déportation.

Eugène Yves Marie QUERO, né le 2 janvier 1909 à Loudéac, célibataire, demeurant à la Tannerie à Loudéac, mécanicien électricien.
Le 19 juin 1944, il est dénoncé par deux femmes. Une perquisition est opérée par les Allemands au domicile de Eugène QUERO, qui y découvrent un fusil de chasse ayant appartenu à son père (il était interdit d'en posséder, ceux qui en possédaient devaient les avoir remis aux occupants).
Arrêté et assassiné à proximité de son domicile de deux coups de feu vers 22 h45 près de l'hôpital hospice occupé par les Allemands.
Son corps fut entreposé sur un lit à l'hôpital au pied duquel avaient été posés ses sabots remplis de paille ; il portait une blessure à la tête et à la poitrine. Seule, la famille fut autorisée à assister à ses obsèques.
L'assassinat fut ordonné par le commandant allemand HUMULA dit "Charlot".
Plaque de Eugène QUERO, mur de l'Hôpital rue Saint-Joseph en Loudéac

Louis WINTER, né le 20 février 1925 à Loudéac, célibataire, ouvrier mécanicien.
Arrêté le 1er mars 1944 par la gendarmerie de Guingamp.
Déporté au camp de concentration de Dachau, où il est décédé en 1944.

Y. BLOUIN,

A. BOISHARDY,

P. BOSCHER,

M. CADORET,

E. CALAIS,

M. CROLLER,

H. FLAGEUL,

Y. GALLOT,

L. GOUJON,

Y. ROBIN,

O. GROJO,

G. GUIDAR,

R. HAUTE,

Joseph Etienne Marie LAUNAY
, né le 5 décembre 1904 à Loudéac, marié avec des enfants, demeurant à Loudéac, charpentier.
Le 3 août 1944, les Allemands dans leur fuite mettent le feu à un magasin. Joseph LAUNAY, avec deux de ses ouvriers, participe à l'extinction du feu.
En revenant chez lui vers 19 heures il est blessé alors qu'il marchait rue de Pontivy, il cherche à se réfugier au café le plus proche. Lorsqu'il arrive sur le seuil de la porte de l'établissement, une automobile passe, conduite par des Allemands tirant partout dans leur fuite en direction de Lorient. Joseph LAUNAY est atteint à nouveau. Il devait décéder à 21 heures le même jour à la clinique de La Providence, où il avait été transporté.
Plaque de Joseph LAUNAY, 35 rue de Pontivy en Loudéac

J. LE BEAU,

Désiré Victor Marie LE DUC, né le 5 avril 1916 à Saint-Barnabé, demeurant à Kermélen en Loudéac, cultivateur.
Tué par les Allemands le 15 juin 1943 à 4 heures du matin sur la route d'Hémonstoir près du lieu dit Kercadélac.
Stèle de Désiré LE DUC, rue Cadélac en Loudéac

E. LE GUEDART,

J. B. LE VEXIER,

R. LUCAS,

E. MADORE,

A. MAHE,

L. MAUGAN,

E. MOISAN,

A. RIO,

J. ROBIC,

P. ROINIER
,

F. RUELLAND
,

Yves TARDIVEL, né le 7 décembre 1921 à Allineuc, professeur d'histoire, géographie et anglais, célibataire, demeurant à Lamballe.
Arrêté le 14 janvier 1943 à Lamballe, conduit à la Feldgendarmerie de Saint-Brieuc sur ordre des autorités occupantes.
Mort en déportation au camp de concentration d'Oranienburg en Allemagne.
Plaque du Collège et Lycée Saint-Joseph, 42 rue de La Chèze en Loudéac

André Louis Marie LE PROVOST, né le 8 décembre 1922 à Callac-de-Bretagne, demeurant 4 rue de l'allée à Callac-de-Bretagne, étudiant en droit, célibataire, il fait partie du convoi de déportés vers l'Allemagne du 28 juin 1944.
Interné à Compiègne dans l'Oise, déporté au camp de concentration de Neuengamme près de Hambourg en Allemagne à partir du 31 juillet 1944, puis au camp de concentration de Bergen-Belsen.
Décédé le 13 mars 1945.
Plaque du Collège et Lycée Saint-Joseph, 42 rue de La Chèze en Loudéac
Plaque de la rafle du 9 avril 1944, salle des Fêtes en Callac-de-Bretagne
Plaque du Lycée Notre Dame, 21 rue des Capucins en Guingamp




Saint-Caradec :

François BESCOND, né le 11 septembre 1914 dans le Finistère, gérant de coopérative agricole, célibataire, demeurant à Saint-Caradec.

Maurice MARIGOT, né le 24 août 1921 à Saint-Caradec, célibataire, demeurant à Saint-Caradec.

Le 5 août 1944, Maurice MARIGOT et François BESCONT résistants, pilotaient les Américains vers Saint-Caradec, le pont de l'Oust ayant été dynamité par les Allemands, la jeep américaine ne pouvant emprunter le pont, passa par la rivière peu profonde à cet endroit, mais elle sauta sur une mine immergée et ses occupants furent tués. Cet événement se situa en même temps que les combats pour la Libération de Loudéac et de Merdrignac.
Plaque du Pont du Moulin en Trévé



Yves HARNOIS, né le 27 mars 1923 à Saint-Caradec, célibataire, étudiant, demeurant à Saint-Caradec.
Arrêté le 10 juin 1943 par la police française, condamné le 16 juillet 1943 à un an de prison par le tribunal spécial de la cour d'appel de Rennes, livré aux Allemands par les Français avant expiration de sa peine. Déporté dans les camps de concentration d'Auschwitz, Buchenwald, Flossenburg en Allemagne.
Disparu sans doute lors des bombardements alliés de Dresde en février 1945, matricule 9803.
Plaques de l'Ecole Normale des Instituteurs, 1 rue Théodule Ribot en Saint-Brieuc
Monument du Collège Anatole Le Braz, 46, rue du 71ème Régiment d'Infanterie en Saint-Brieuc


Jean MARIGOT, né le 24 août 1921 à Saint-Caradec, célibataire, demeurant à Saint-aradec.

Ange JIGOUREL, né le 11 octobre 1923 à Saint-Caradec, garçon boucher, célibataire, demeurant à Saint-Caradec.
Assassiné par les Allemands le 14 juillet 1944 à L'Hermitage-Lorge, après avoir subi d'horribles tortures.
Stèle de Jean URVOY et d'Ange JIGOUREL, les fosses de L'Hermitage-Lorge
Monument des Martyrs de L'Hermitage-Lorge


Isidore LE CORRE, né le 24 octobre 1910 à Croixanvec dans le Morbihan, ouvrier agricole à Tréviel en Saint-Caradec.
Arrêté pour avoir habillé et nourri des aviateurs américains tombés d'un avion.

Pacifique TARDIVEL, né le 26 janvier 1917 à Saint-Caradec, célibataire, demeurant à Saint-Caradec, il a rejoint le maquis en mai 1944.

Louis LE DEUFF,



Trévé :

Gaston BARDINET, FFI.
Blessé mortellement en combat au bourg de Trévé le 5 août 1944.
Plaque du calvaire, bourg de Trévé

Lucien Anastase CUNY
, né le 6 novembre 1924 à Trévé, demeurant à Trévé, célibataire, employé auxiliaire des PTT, FFI.
Tué par les Allemands au combat le 4 août 1944 au lieu dit la Grenouille en Loudéac route N768.
Plaque du calvaire, bourg de Trévé
Plaque de Lucien CUNY, 37 rue Lavergne en Loudéac


Marcel JEGARD, FFI.
Tué en combat le 5 août 1944 au bourg de Trévé.
Plaque du calvaire, bourg de Trévé

V. LE BOUFFO,

A. MICHEL,



La Motte :

Alphonse HEMERY, né le 30 juillet 1925 à Quimper dans le Finistère, originaire de La Ville-Neuve en La Motte, demeurant à Saint-Brieuc, facteur.
Arrêté par la police allemande.
Monument des Martyrs de L'Hermitage-Lorge
Stèle du Champ des Martyrs de L'Hermitage-Lorge




Hémonstoir :

Georges DIVENAH, forgeron chez COROLLER au 32 rue de Cadelac en Loudéac, patriote résistant. Le 4 août 1944 au pont de Belle-Isle en Hémonstoir lors d'un contrôle allemand, il est trouvé en possession d'un revolver.
Arrêté, martyrisé puis assassiné par les Allemands dans la propriété de Monsieur André LE DEUFF au lieu dit La Rabine à proximité de la place de l'église de Saint-Caradec.
Stèle de Georges DIVENAH, place du Martray en Saint-Caradec

L. LE CAM,



Saint-Maudan :

R. GLOUX,